Gâter ou ne pas gâter, céder ou ne pas céder aux malades. Des facettes de consolation comme l’héritage des opinions de E. S. Botkine

Protoiereus Serguiy FILIMONOV, président de la Société des Docteurs Orthodoxes à Saint-Pétersbourg, Dr. sc. méd., Prof. (Saint-Pétersbourg)

La conférence de Botkine Evguéni Serguéïétch «Faut-il ‘gâter’ les malades?» rédigée en 1903 n’a pas perdu son actualité aujourd’hui car le processus clinique doit être lié non seulement à l’intervention chirurgicale ou à la correction thérapeutique des fonctions physiologiques du corps, mais aussi à l’ influence sur l’ âme d’une personne.

L’article explique ce que signifie « gâter les malades » dans le monde contemporain. Des exemples cliniques, qui montrent comment le médecin traitant peut entrer dans la situation du malade améliorant son état d’esprit et favorisant l’ accélération du processus clinique de guérison, sont examinés.

 

Добавить комментарий